Vicques maîtrise même les Loups

Vicques a pleinement saisi sa chance. Il a tenu Courroux en respect, il s’est arrangé pour aller marquer un but. Et il va en finale, tenter le coup contre Berthoud. Allez savoir, donc…

Tout le monde sauf qui?

Vicques – Courroux: 1-0. Et des finales, in extremis, pour les amis d’Ulli Stielike! Le but décisif est tombé à la 31e minute. Un coup de tête déterminé de Vincent Fringeli après une frappe sur la latte de Damien Ruffieux. Le tournant du match se situe peut-être quelques minutes plus tôt lorsque le portier vicquois Colin Schaffner sauvait les meubles d’un génial réflexe. Tout le monde voyait déjà le ballon au fond… tout le monde, sauf lui… En seconde période, Courroux poussait et tentait d’arracher l’égalisation mais il allait buter sur une muraille «jaune et bleu» presque infranchissable. Et si celle-ci était débordée, le gardien était encore là pour annihiler les velléités des Loups.

Déçu mais fair-play

Déception de mise et logique au FC Courroux, comme le livrait Jean-Luc Paupe: «Frustrant de perdre un tel match, bien sûr. Mais ce n’est pas aujourd’hui qu’on rate les finales. On a perdu des plumes dans ce deuxième tour face à des équipes de fond de classement. Contre Vicques, on a manqué de tranchant dans les 30 derniers mètres malgré notre possession de balle avantageuse.» Le milieu offensif des Loups a tout de même pris du plaisir devant une grosse chambrée: 500 spectateurs! «C’est génial de jouer un match comme ça, devant un tel public et dans un très bon esprit, très fairplay. Et bravo au FC Vicques pour sa belle victoire.»

Toujours prêt au combat

Dixième minute. Le défenseur vicquois Pascal Schaller va au contact aérien. La scène est confuse, le central en ressort le menton ensanglanté. Il doit quitter le terrain, du moins provisoirement. Le coach Pierre-Alain Berbier s’en vient jouer les secouristes et, sept ou huit minutes plus tard, le numéro 4 retourne au combat pour épauler ses coéquipiers jusqu’à la fin. Et après s’être fait poser deux points de suture: «Je ne sais pas du tout ce qui s’est passé, mais je n’ai pas hésité une seconde à reprendre ma place. Le coach a fait ce qu’il fallait pour que je puisse continuer. Terminer premier, c’est juste magnifique! À la fin du premier tour, on savait qu’on pouvait viser le haut.»

Une tactique payante

Le sourire des vainqueurs faisait plaisir à voir. À l’image du capitaine Vincent Fringeli, qui n’hésite pas à mettre la tête où certains ne mettraient pas le pied! Le défenseur central s’est encore une fois mué en chasseur. Avec son sixième but dans le concours, il propulse son club en prolongations après un match parfaitement négocié par la défense. «On profite aussi du très bon travail de nos demis. Et surtout de notre gardien qui, pas seulement aujourd’hui, nous fait gagner de nombreux points sur l’ensemble de la saison.» Les hommes du président Samuel Friche ont reculé en seconde période, logiquement: «On a passé d’un 3-5-2 à un 4-4-2. Courroux nous a mis en difficulté sur ses balles arrêtées mais rarement dans le jeu. Une très belle fête du football, du fair-play de part et d’autre.»

Joris Charmillot / Le Quotidien Jurassien 31.05.2016