Un derby qui se joue à peu

Val Terbi – Vicques : à chacun sa mi-temps, même si au final ce sont bel et bien les Vicquois qui ont raflé la mise (1-2). En effet, Vicques a bien commencé et s’est créé les meilleures opportunités en première période. Ce fut logiquement que Samuel Berret ouvrait la marque à la demi-heure en profitant d’un mauvais renvoi sur corner. Changement de physionomie dès la reprise. Les hommes d’Hirschi ont affiché une belle réaction et ont profité du léger relâchement des visiteurs. Hadrien Bürki parvenait à rétablir l’égalité à la 66ème. Alors que l’on s’acheminait vers un match nul, Berret sortait à nouveau du bois pour inscrire le « game winning goal » à dix minutes du terme !

D’importantes échéances

La déception était légitime du côté du FCVT. L’analyse des deux frères Antoine et Arnaud Bron qui se chargent d’animer le côté droit de leur équipe : « On encaisse des buts sur des petits détails, c’est dommage. Après avoir laissé passer l’orage en première période, on fait preuve d’un bel état d’esprit pour revenir et faire douter et reculer Vicques. Mais au final on se fait quand même surprendre. Il y avait mieux à faire. » Cette défaite fait glisser les « bleu et noir » sous la barre, le besoin de points se fait sentir : « Il est évident que nos prochaines rencontres seront très importantes face à des adversaires directs tels que Develier II ou Tavannes-Tramelan II. A nous de prendre les choses en mains pour faire pencher la balance et les quelques détails qui font la différence en notre faveur. » 

Une suprématie en jeu

Val Terbi – Vicques, le derby qui met en jeu la suprématie de la Terre Sainte. A ce petit jeu, les « jaune et bleu » s’en tirent bien et sont parvenus à s’imposer au Stade du Gord. Une mission jamais aisée, comme nous le confirmait le défenseur central Pascal Schaller : « Ca faisait longtemps que l’on ne s’était plus imposé à Mervelier. Ca s’est fait dans la douleur, on s’est compliqué la tâche. On doit tuer le match en première période. » Vicques a reculé et s’est montré moins entreprenant en deuxième mi-temps. Il s’en est remis au talent de son numéro 16 Samuel Berret pour coiffer au poteau son adversaire. Avec ce joli doublé, on est passé tout proche d’assister au coup du chapeau de Berret !

Joris Charmillot / Le Quotidien Jurassien 25.09.2017