La confrontation, ce samedi soir, entre le FC Courtételle et le FC Vicques a tout d’un match de la peur. Les deux formations vadaises n’ont qu’une seule intention avant ce derby: s’imposer pour croire à leur relance.

Mine de rien. Le FC Courtételle et le FC Vicques affichent davantage de points de convergence que de différences. Et c’est sans doute ce qui donne un peu plus de piment au derby de ce samedi, dont le coup d’envoi sera donné à 18 h.

Mal pris ce printemps, incapables de pointer le moindre succès, les deux formations régionales ont eu la bonne idée de s’imposer le week-end dernier. À Boncourt, Courtételle a créé la surprise (3-0), alors que Vicques, grâce à une réussite de Jean-Luc Paupe à la 93e minute de jeu, s’offrait le succès du soulagement (1-0).

Courtételle est désormais 9e du classement avec ses 16 points. Vicques se classe toujours au dernier rang avec ses 11 points. À cinq rondes de la fin de la saison, les observateurs situent la zone de maintien à 22 points. «Il reste encore du chemin à faire! Nous ne prendrons en tout cas pas le risque de viser la 10e place, juste sur la barre. Certaines années, en fonction des relégations des ligues supérieures, elle peut aussi concerner la relégation», temporise Vincent Ducommun, l’entraîneur du FCC.

Ce derby de ce samedi cristallise donc toutes les attentions. Le deuxième succès de la saison de Vicques contre Azzurri Bienne a resserré les rangs autant qu’il a relancé la course au maintien. Pour l’entraîneur vicquois Pierre-Alain Berbier, le but de Jean-Luc Paupe dit tout de l’état d’esprit affiché par ses joueurs ces derniers temps. «Dans cette réussite, on a vu l’envie d’aller au bout des choses, de la grinta et de l’opportunisme! Ce but change beaucoup de choses. Il nous donne de l’espoir et nous motive à ne rien lâcher», esquisse le mentor des PrésRonds.

Pour l’un des plus courts déplacements de la saison, le FC Vicques pourra compter sur le retour au jeu de Mario Russo, son milieu de terrain. Par contre, Respinguet et Grolimund sont annoncés incertains. «Contrairement au premier tour, nous n’avons jamais été à la rue ce printemps. On a souvent manqué de réussite. C’est vrai que mon contingent n’est pas le meilleur du groupe, mais on sait se battre avec nos armes», plaide le coach.

Confrontations directes

Vicques sera vite fixé sur son sort. Après la partie contre le FCC, il affrontera successivement Franches-Montagnes et Lyss, les deux autres formations concernées par l’enjeu de la relégation.

Courtételle est dans la même problématique. Lui aussi aura une kyrielle de confrontations directes à se mettre dans les tibias ces prochaines semaines. «Nous n’étions clairement pas prêts en début de deuxième tour. Et cela s’est confirmé. Les quatre premiers matches ont ressemblé à des parties de préparation!», estime Vincent Ducommun.

Dans les rangs des Vert, seul Nathan Ducommun, touché à la main la semaine passée, est annoncé incertain. Courtételle pourra surtout compter sur le percutant de Grégoire Keller, machine à marquer du FCC, lui qui avec ses 13 réussites a inscrit plus de la moitié des buts de son équipe. «Il est comme l’équipe! Il a su monter en puissance ces derniers temps après des premiers matches difficiles. Si on perd, on relance Vicques. À nous de faire le nécessaire. Mais on sait qu’il faudra lutter jusqu’au bout», relance Vincent Ducommun.

«L’ambiance était un peu plus détendue cette semaine à l’entraînement. On a gagné. c’est bien. Mais on ne va pas tout révolutionner. On sait ce qu’il nous reste à faire pour nous maintenir», affirme Piere-Alain Berbier.

À commencer par bien négocier le virage d’un derby qui sera sans conteste un tournant dans la saison pour l’un des deux protagonistes. Comme on dit dans ces cas-là: malheur au vaincu.

Raffi Kouyoumdjian / Le Quotidien Jurassien 25.04.2017